Coupe de France: Neymar présent (en tribunes) pour la finale contre les Herbiers?
  • 2018-04-24 18:46
  • Coupe de France: Neymar présent (en tribunes) pour la finale contre les Herbiers?

    Neymar ne fera pas son retour avant - au mieux - la dernière journée
    Neymar ne fera pas son retour avant - au mieux - la dernière journée — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

    Et si on revoyait enfin Neymar à Paris ? Parti soigner son pied au Brésil, l’attaquant ne l’a justement plus posé - le pied - en France depuis un paquet de semaines. Selon le site brésilien Uol Esporte, l’exil de Ney touche à sa fin : on devrait le revoir du côté de Paris le 5 mai. Il pourra donc assister à la finale de la Coupe de France contre les Herbiers, trois jours plus tard (mais ne pourra pas jouer au poker en même temps).

    Neymar revient à temps pour assister au dîner de fin de saison du club, un événement jugé important étant donné que les sponsors seront présents autour de la table et qu’ils imaginent mal ne pas y voir la grande star du PSG?. Question de principes.

    Neymar sur le banc contre Caen ?

    Pour ce qui est du retour ou non du Brésilien sur les pelouses françaises avant la fin de la saison, Uol nous apprend qu’il devrait être trop juste pour le dernier match de Paris au Parc contre Rennes, le 12 mai mais évoque la possibilité de l’apercevoir à Caen, une semaine plus tard à l’occasion de la dernière journée. Mais pour le moment, ça ne va pas plus loin qu’une présence sur le banc de touche. Ça sent l’entrée en jeu à la 85e pour lui faire toucher deux fois le ballon.

    LOSC: Malgré des sorties en boîte de nuit, Gérard Lopez défend ses joueurs
    • 2018-04-24 18:14
    • LOSC: Malgré des sorties en boîte de nuit, Gérard Lopez défend ses joueurs

      Gérard Lopez, le président du LOSC
      Gérard Lopez, le président du LOSC — DENIS CHARLET / AFP

      Drôle de façon de communiquer. Alors que son club, dix-neuvième de Ligue 1, est au bord du gouffre à quatre journées de la fin, alors que l’incertitude règne sur l’avenir financier du club, alors que l'Equipe a révéle ce mardi que deux joueurs, titulaires samedi lors de la déroute à Marseille (5-1), étaient sortis en boîte de nuit deux jours avant le match, alors que des joueurs ont volontairement manqué le débriefing d’après déroute dimanche dernier, Gérard Lopez ne voit pas vraiment où est le problème.

      Interrogé par la Voix du Nord, le président du LOSC est revenu sur les révélations du quotidien sportif. Sans vraiment taper du poing sur la table.

      Gérard Lopez dédramatise

      « Il y a sans doute eu pendant la saison des écarts, qu’on a corrigé, oui c’est une réalité mais on ne le crie pas sous les toits. Cela ne m’énerve pas plus qu’il y a quelques semaines. On aurait été en mesure de prendre des décisions drastiques si ces comportements avaient été avérés. Il y a eu des écarts qu’on a corrigés. Mais je ne veux pas laisser dire que ce sont des mauvais gars. On n’a pas les pires gars du football ».

      Sûr qu’avec de telles façons d’être pointés du doigt, tancés ou sanctionnés par un président si présent au quotidien, les footballeurs du LOSC, qu’on sent tellement impliqués dans leur club, doivent déjà commencer à trembler….

      OrelSan : "Mon premier Musilac m'a marqué" (INTERVIEW)
      • 2018-04-24 17:38
      • OrelSan : "Mon premier Musilac m'a marqué" (INTERVIEW)

        Ecrit par

        Ce week-end, OrelSan était à l'affiche de Musilac Mont-Blanc. Avant son show, le rappeur a pris le temps de se confier à Virgin Radio. 

        Depuis la sortie remarquée de La Fête est Finie, OrelSan pulvérise tout sur son passage. Ce troisième album solo en a fait un rappeur plus que confirmé, en témoignent d'ailleurs les prouesses réalisées par le disque. Après avoir joué à domicile devant un Zénith plein à craquer, après avoir rempli deux Bercy et surtout, après avoir partagé la scène avec Stromae à Bruxelles, OrelSan s'est offert son premier festival de l'année. Il sera sur la scène de Musilac Aix-les-Bains en juillet prochain mais en attendant cela, l'interprète de Tout Va Bien était à Chamonix pour livrer un concert exceptionnel. Avant de monter sur scène, il s'est confié à Virgin Radio. 

        Au programme de cette interview, un petit passage en revue de ses meilleurs souvenirs de festival (sachez que son premier Musilac l'a marqué) et même des derniers mois (intensifs) qui viennent de s'écouler. Et bien que la scénographie soit différente en festival, malgré ses craintes, on vous le jure, son concert était explosif

        FC Nantes: Le jour où Henri Michel a refusé de «chapeauter» son ami Der Zakarian
        • 2018-04-24 17:07
        • FC Nantes: Le jour où Henri Michel a refusé de «chapeauter» son ami Der Zakarian

          Henri Michel.
          Henri Michel. — Issouf SANOGO / AFP
          • Henri Michel est décédé ce mardi à l'âge de 70 ans. 
          • L'ancien milieu de terrain nantais (1966-1980) avait décliné en 2008 un poste de manager général du FCN.
          • A l'époque, c'était Michel Der Zakarian, ami et ancien partenaire d'Henri Michel, qui était coach.

          Il avait préféré décliner la proposition du président Kita. En mai 2008, Henri Michel, qui est décédé ce mardi à l’âge de 70 ans, aurait pu revenir au FC Nantes en tant que… manager général. A l’époque, le FC Nantes vient de retrouver l’élite du foot français avec comme entraîneur Michel Der Zakarian (et son adjoint Baptiste Gentili), mais le président nantais - arrivé un an plus tôt - n’a pas confiance du tout en ses techniciens.

          « Je sens qu’ils ont une faiblesse sur le plan technique, diagnostique Kita à l’époque. Même si ce sont des gens travailleurs et honnêtes, il faut leur donner un coup de main. » Il poursuit de manière plus générale sur les coachs : « Les entraîneurs ne savent pas s’adapter vite et bien. Je suis surpris par la faiblesse d’analyse de certains coachs à la fin des matchs. Il nous faut quelqu’un qui ait une vision plus globale. » WK contacte alors Henri Michel, fraîchement remercié de la sélection du Maroc, pour lui proposer ce poste de « chapeauteur » de Der Zakarian, comme se plaisait à le dire le président nantais.

          Trop proche de Der Zakarian pour lui donner des ordres...

          Henri Michel refusera catégoriquement la proposition. « J’ai décliné la proposition. Nantes, c’est fini, confie-t-il à 20 Minutes. Les conditions n’étaient pas réunies pour que ça puisse se faire. » Il précise les raisons de son refus : « Déjà, sur un plan financier, il y avait un monde entre leur proposition et mes attentes. De plus, je me voyais très mal parachuté au-dessus des deux entraîneurs [Michel Der Zakarian et Baptiste Gentili]. C’était délicat pour moi car je connais très bien Michel… Enfin, le poste proposé m’éloignait quelque peu du terrain, ce qui ne me correspond pas. »

          Il conclut : « J’étais pourtant enthousiaste à l’idée de revenir à Nantes. Je regrette que ça n’ait pu se faire. »

          >> A lire aussi : VIDEO. L'ancien sélectionneur des Bleus Henri Michel est décédé à l'âge de 70 ans

          >> A lire aussi : VIDEO. Des France-Brésil légendaires, Bob Marley et «sac à merde»... C'était Henri Michel

           

          Mort d’Henri Michel: France-Brésil 86, où le coup tactique d’une carrière qui a changé l’histoire des Bleus
          • 2018-04-24 16:16
          • Mort d’Henri Michel: France-Brésil 86, où le coup tactique d’une carrière qui a changé l’histoire des Bleus

            France-Brésil 86, le coup tactique d'Henri Michel
            France-Brésil 86, le coup tactique d'Henri Michel — AFP et 20 Minutes

            Confession intime et un peu honteuse. Jusqu’à ce mardi, on n’a pas toujours fait le distinguo entre Michel Hidalgo et Henri Michel. Pour ce qui concernait leur règne de sélectionneur des Bleus, s’entend, on n’est quand même incultes à ce point. Rendons donc au deuxième Michel, décédé d'une longue maladie ce mardi, ce qui lui appartient : le chef-d’œuvre de Guadalajara, c’est lui. Le France-Brésil le plus spectaculaire de l’histoire du foot français pour ceux qui l’ont connu, bien avant le 12 juillet 98, même si cela tient un peu de la madeleine de Proust, sûrement.

            Quart de finale de la Coupe du monde 86 au Mexique. La France championne d’Europe contre le dernier Brésil des esthètes, celui de Tele Santana et de Socrates, et un casse-tête chinois pour Henri Michel, privé de William Ayache son arrière-droit titulaire. L’option la plus naturelle ? Replacer Manu Amoros à droite, et faire rentrer (monsieur) Tusseau à gauche. Trop facile. L’ancien milieu de terrain, qui a arrêté sa carrière internationale à peine six ans plus tôt, sent encore le jeu comme s’il était joueur. Il a envie de tenter le diable. Miser sur le volume de jeu du marathonien luis Fernandez, le Blaisou Matuidi de l’époque, au poste d’arrière-droit, là où les montées du Branco sauvage ont l’art de démanteler les adversaires de la Seleçao.

            Le directeur du centre de formation du PSG raconte : « Michel Hidalgo avait eu cette idée lors de l’Euro 1984, contre la Belgique. Parce que l’ailier gauche était très offensif et qu’il comptait sur moi pour contrer. Ça avait été concluant, j’avais même marqué un but (5-0). Du coup, on en a discuté longuement avec Henri. On voulait tenter une petite surprise tactique parce que c’était le côté fort du Brésil avec Branco ». Ne tournons pas autour du pot : on tient la plus mauvaise idée du siècle ou pas loin. Il fait une chaleur de bouc et Fernandez est sur les jantes en cinq minutes : « La température, l’altitude, le rythme, je n’y étais pas du tout ».

            Branco galope sur son autoroute, Müller prend la nationale, et c’est toute l’équipe de France qui se noie. But et poteau de Careca dans la foulée, les Bleus sont proches de la rupture.

            La France avant la 23e
            La France avant la 23e - 20 Minutes

             

            Thierry Tusseau, habituel arrière-gauche, replacé au milieu dans le jeu de chaises musicales tactique orchestré par le sélectionneur :

            « Luis était un peu esseulé sur son côté droit, il avait du mal à fermer. Ça permettait à Branco de monter énormément et ça procurait beaucoup d’occasions à ces brésiliens de ce côté-là ».

            Jean-Marc Ferreri, qui assiste au naufrage du banc :

            « Les Brésiliens nous mettaient le bouillon il fallait faire quelque chose, renforcer le milieu, comme on jouait souvent avec le carré magique ».

            Tigana, Giresse, Platini sont orphelins de Fernandez. Henri Michel ne persiste pas dans l’erreur. Avant la 20e minute, il remet Luis au centre du village, avec Amoros à droite et Tusseau à gauche. Le match change d’âme presque immédiatement.

            Le changement tactique
            Le changement tactique - 20 Minutes

             

            Maxime Bossis, titulaire à la charnière :

            « Il met Luis Fernandez latéral qui n’était pas son poste de prédilection car il pensait pouvoir apporter offensivement et il se rend compte qu’il est beaucoup plus à l’aise en remettant à droite Manu Amoros. Il a rééquilibré l’équipe car c’était mal engagé, on était tous perdus, ça a pu jouer sur le fait qu’on ait pu revenir dans ce match ».

            L’égalisation de Platini renforce l’impression visuelle : le changement tactique a rassuré tout le monde, commentateurs compris. Ecoutez Dominique Le Glou à Michel Durcker à la mi-temps de la rencontre, diffusée sur la 2.

            « Je dois dire qu’au début de la partie j’étais très inquiet, on sentait les brésiliens plus incisifs, la paire Careca-Muller permutait et posait des gros problèmes. Puis, on a vu Fernandez changer de côté et laisser son flanc droit à Amoros. Il a pu monter et apporter la supériorité numérique indispensable à cette équipe de France ».

            Racontée comme ça, l’histoire tient moins du coup de génie que du coup foireux qui a failli précipiter l’élimination des Bleus en moins d’un quart d’heure. « Ce sont les éléments qui font que parfois on prend les décisions, commente Tusseau. Henri a tenté un coup de poker, mais ça flottait côté droit, et il a repositionné. Ce n’était pas révolutionnaire ». Luis Fernandez croit même se souvenir que ce sont les joueurs qui ont demandé la permission au coach de changer.

            La France après la 23e minute
            La France après la 23e minute - 20 Minutes

             

            La réalité ? Henri Michel, élevé au jeu à la nantaise, était un mec plutôt audacieux pour son poste, ce que sa décision de départ confirme. Il n’avait jamais peur de surprendre, dans le bon sens, estime Maxime Bossis :

            « C’est quelqu’un qui sentait très bien le jeu quand il était joueur mais aussi comme sélectionneur. Il nous a emmenés à la troisième place. Joueur, c’était un tacticien hors pair, il avait toujours un temps d’avance, bien avant l’arrivée de Platini. Il savait toujours mettre en valeur ses coéquipiers, se servir d’eux. Ça l’a suivi en tant qu’entraîneur et sélectionneur ».

            Le reste appartient à la légende. Les deux barres du Brésil, Bats qui arrête le penalty de Zico qu’il a lui-même provoqué, cette séance de tirs au but suffocante, et les dernières paroles de Thierry Roland pour accompagner Luis Fernandez jusqu’à la surface de réparation. « Allez Luis, Allez mon petit bonhomme ». Le contre pied-parfait du joueur en pleine confiance. Tout le contraire du mec qui vient de passer 120 minutes à écoper à un poste qu’il ne maîtrise pas. Qui sait où serait allé ce tir au but, sinon ? Pour ça et pour toute la vie, merci Henri.

             

            Why Don't We : 3 raisons de suivre le nouveau phénomène pop
            • 2018-04-24 16:00
            • Why Don't We : 3 raisons de suivre le nouveau phénomène pop

              Ecrit par

              Si vous ne connaissez pas encore Why Don't We, on vous donne trois raisons de suivre le nouveau phénomène pop. 

              Ils sont américains, ils ont formé leur groupe en 2016 et déjà, ils sont qualifiés de phénomènes : Why Don't We est le nouveau groupe à suivre - pour preuve, Ed Sheeran en personne leur a fait confiance et a travaillé avec eux. Si vous ne les connaissez pas encore, on vous donne trois raisons de les suivre de près ! 

              GENERATION YOUTUBE 

              Daniel Seavey, Zach Herron, Corbyn Besson, Jonah Marais, & Jack Avery sont des youtubeurs et musiciens américains qui, ensemble, peuvent relever n'importe quel défi. On ne va pas se mentir,  à l'heure actuelle, les réseaux sociaux et les plateformes telles que Youtube jouent un rôle essentiel dans l'industrie musicale. Pour preuve, Justin Bieber a été découvert sur Youtube, tout comme Shawn Mendes, d'ailleurs. Et quand on voit leur carrière, on ne peut qu'espérer la même pour Why Don't We. Et très franchement, ils sont en bonne voie. 

              ED SHEERAN 

              Ed Sheeran revient de loin et aujourd'hui, il est au sommet des charts. Actuellement en tournée, Ed sheeran passera d'ailleurs par le Stade France en juiller prochain. Mais ça, ce n'est pas ce qui nous intéresse. Habitué à travailler avec de nombreux artistes (tous issus d'univers différents), Ed Sheeran a écrit pour eux  « Trust Fund Baby », un hymne pop dance. Le succès du titre n'est d'ailleurs plus à prouver : il comptabilise déjà 13 millions de vues sur Youtube - rien que ça. 

              DEJA QUELQUES TUBES A LEUR ACTIF 

              Difficile de parler de Why Don't We sans évoquer « Something Different », l'un de leurs plus gros succès. Si vous avez aimé ce titre, si vous avez apprécié le nouveau single signé Ed Sheeran, alors vous devriez adoré le premier album qui se prépare. 

              Ils sont très jeunes mais les membres de Why Don't We prouvent que l'âge n'est absolument pas un gage de talent, bien au contraire. La bonne nouvelle, c'est qu'ils seront de passage à Paris le mois prochain à la Cigale - le 25 mai, plus précisémment. 

              Maison de retraite: Le PSG et City s'ajoutent à la liste des prétendants d'Iniesta
              • 2018-04-24 15:28
              • Maison de retraite: Le PSG et City s'ajoutent à la liste des prétendants d'Iniesta

                Iniesta à la lutte avec Marquinhos, en 2017
                Iniesta à la lutte avec Marquinhos, en 2017 — Manu Fernandez/AP/SIPA

                Andrés Iniesta n’a pas encore quitté notre continent. Annoncé depuis plusieurs semaines en partance pour la Chine à la fin de la saison, le Benjamin Nivet catalan pourrait finalement rester en Europe. De fait, il pourrait signer en Chine pour mieux atterrir dans un autre club européen, selon le quotidien sportif As. En l’occurrence Manchester City - coucou Pep Guardiola - et le Paris Saint-Germain.

                Un club chinois pour faciliter le passage dans un autre club européen ?

                L’idée avancée par des sources proches du milieu espagnol citées par As évoque l’idée d’un transfert en direction d’un club chinois qui permettrait de faire office de pont avec des clubs comme City et le PSG?, ce dernier venant de signer un contrat avec une entreprise chinoise liée au football. On apprend également qu’Iniesta tarderait à annoncer sa future destination parce que plusieurs clubs européens feraient pression pour l’attirer chez eux.

                Ce qui est sûr, c’est qu’Iniesta va partir de Barcelone. « Cette semaine je donnerai ma décision. Elle est sans doute claire, mais bon… », déclarait-il après la victoire des blaugranas en Coupe du roi. C’est tout l’inverse, elle n’a jamais paru aussi floue.

                Ed Sheeran : Après Divide, son prochain album ne sera pas "pop"
                • 2018-04-24 14:59
                • Ed Sheeran : Après Divide, son prochain album ne sera pas "pop"

                  Ecrit par

                  Alors qu’il est en studio pour l’enregistrement de son prochain album, Ed Sheeran s’est confié et a dit que ce prochain album ne sera pas pop !

                  Ed Sheeran cartonne en ce moment, d’ailleurs pas la peine de dire en ce moment, disons cartonne tout court, avec son dernier album Divide ! Tous les titres de cet album sont des hits, de Happier à Castle on The Hill en passant par Shape Of You et Galway Girl ! Plus de 11,4 millions d’exemplaires vendus dans le monde, c’est l’album masculin le mieux vendu cette année aux Etats-Unis ! Touche à tout, on pourrait même retrouver l’anglais dans une comédie romantique style Love Actually ! Déjà de retour en studio pour l’enregistrement d’un nouvel album, Ed Sheeran s’est confié !  

                  Le chanteur anglais a dit que son prochain album ne sera pas pop. « C’est parce que les gens s'attendent à quelque chose d'encore plus grand. Si je contrôle et que je dis 'Voici un petit disque que j'aime puta**' alors mes fans seront en mode 'Oh yeah !' et le milieu de la pop sera en mode 'Eh bien, peut-être le prochain [disque]...' Personne ne dira 'C'est un flop'. Ce sera juste 'C'est l'album qu'il voulait faire'. Si ça se vend à 2 millions, 1 million, 500.000 exemplaires ce ne sera pas un échec car ce ne sera pas un disque qui tente à tout prix d'atteindre ces paliers." Voilà et puis si cet album ne marche pas, Ed Sheeran pourra toujours devenir le sosie officiel du prince Harry ! 

                  «Un seigneur», «un grand», «un homme juste», le monde du foot rend hommage à Henri Michel
                  • 2018-04-24 14:55
                  • «Un seigneur», «un grand», «un homme juste», le monde du foot rend hommage à Henri Michel

                    Henri Michel, avec la sélection de la Côte d'Ivoire.
                    Henri Michel, avec la sélection de la Côte d'Ivoire. — Issouf SANOGO / AFP

                    Après l’annonce du décès d'Henri Michel, la France du foot (mais pas que) a tenu à rendre hommage à l’ancien sélectionneur de l' équipe de France de 1984 à 1988. Agé de 70 ans, celui qui a également mené la sélection du Maroc jusqu’à la Coupe du monde 1998 en France, était un personnage immensément respecté par ses anciens joueurs, ses confrères entraîneurs et sélectionneurs ainsi que par les journalistes sportifs qui l’ont côtoyé durant sa carrière.

                    Voici quelques exemples de ceux qui ont voulu témoigner de leur chagrin et leur respect pour l’homme, le joueur et l’entraîneur.

                    • Hervé Renard, actuel sélectionneur du Maroc
                    • Michel Denisot, avec qui il a commenté certains matchs du Mondial 82
                    • Bernard Lama
                    • Abdeslam Ouaddou, qui a connu Henri Michel avec le Maroc
                    • Hervé Penot, journaliste à L’Equipe (dit « le casse-couille », donc)
                    • Le PSG, club entraîné par Henri Michel en 1989-1990
                    • Vincent Duluc, journaliste à L’Equipe
                    • L’UNFP, le syndicat des footballeurs professionnels

                     

                     

                    Daft Punk Unchained, le documentaire disponible en intégralité sur Dailymotion
                    • 2018-04-24 14:30
                    • Daft Punk Unchained, le documentaire disponible en intégralité sur Dailymotion

                      Ecrit par

                      Alerte aux fans de Daft Punk ! Le documentaire Daft Punk Unchained est disponible en intégralité sur Dailymotion et ce, jusqu'au 1er mai. 

                      C'est Noël avant l'heure pour les fans de Daft Punk. Le duo d'électro français fascine toujours autant et c'est justement pour ça qu'un documentaire les concernant a été diffusé sur CSTAR. Daft Punk Unchained revient sur la carrière internationale du duo mais (re)plonge aussi les fans (comme les amateurs) dans leur univers. La bonne nouvelle si vous l'avez manqué, c'est que le documentaire est à retrouver en replay sur Dailymotion

                      Notez qu'il sera disponible jusau'au 1er mai - il vous reste donc une poignée de jours pour rattraper votre retard. Ce documentaire, c'est un peu une façon de se consoler : on a peut-etre pas de nouvel album de Daft Punk mais au moins, on peut toujours voir et revoir les meilleurs moments de leur carrière ! 

                      Liverpool-Roma: Formé en Egypte, candidat au Ballon d'Or... Mohamed Salah ou la revanche du foot africain
                      • 2018-04-24 13:50
                      • Liverpool-Roma: Formé en Egypte, candidat au Ballon d'Or... Mohamed Salah ou la revanche du foot africain

                        Suuuuuuuuuuuuuuuuuuu
                        Suuuuuuuuuuuuuuuuuuu — SIPA (Montage WP)

                        Peu de choses vont plus vite que Mohamed Salah sur un terrain de football. 34,3 km/h c’est la vitesse à laquelle l’Egyptien est flashé un soir de 2015-16, à une époque où il portait le maillot de la Roma. Tout l’inverse de la courbe de sa carrière, des plus linéaires qui soient, de sa formation en Egypte à nos jours. Du moins n’a-t-elle réellement explosé qu’à son arrivée à Liverpool à l’été 2017, date à partir de laquelle il s’est dit que bon, le moment d’enquiller but sur but dans le championnat le plus concurrentiel de la planète et d’en devenir le meilleur joueur était peut-être venu. Il faut le dire. Si Liverpool joue une place en finale de Ligue des champions contre l’ancien club de Salah, c’est beaucoup grâce à ce dernier. Chiffres à l’appui :

                        • 31 buts en Premier League
                        • 8 buts en Ligue des champions
                        • Une moyenne de 0,72 but par match
                           

                        Des chiffres grandioses, peut-être un peu trop pour un homme dont l’ambition initiale était de devenir le meilleur footballeur égyptien de l’histoire et donc de surpasser Mohamed Aboutrika, dont l’absence de carrière européenne aurait rendu illégitime toute comparaison entre les deux hommes si Salah ne s’était pas hissé au niveau des meilleurs… du monde. Car c’est de ça dont il s’agit aujourd’hui, de Salah contre Ronaldo/Messi, pas de Salah versus Aboutrika. Pour la première fois depuis la couronne mondiale de George Weah en 1995, l’Afrique va peut-être décrocher un second Ballon d’Or. Version moins optimiste, pour la première fois depuis Drogba (4e en 2007) et Eto’o (5e en 2009), elle y croit.

                        « En tant qu’Africain, je suis content de ce qu’il réalise »

                        Mais pas trop non plus. On s’est d’ailleurs surpris à s’enflammer plus que Gilles Yapi-Yapo (FC Aarau, ex-FC Nantes) pourtant ancien coéquipier de l’artificier égyptien en 2012-2013 au FC Bâle, surpris dès « le premier jour par son impressionnante explosivité » et fan du personnage, « un coéquipier très simple, très religieux et très agréable à vivre » au sein du vestiaire.

                        C’est peut-être un peu tôt de parler Ballon d’Or pour Mohamed. Il commence à marcher sur les pas d’Eto’o et Drogba. Dans son pays, il est sur le même piédestal que ces deux-là niveau popularité, et en Afrique dans sa globalité, il ne doit pas en être très loin comme les matchs sont suivis et retransmis un peu partout. Mais le plus dur pour lui, c’est de confirmer dans les trois ou quatre ans à venir. Quand on voit que Neymar ne l’a pas encore eu alors qu’il est meilleur, ça situe la difficulté du Ballon d’Or. Mais en tant qu’Africain je suis déjà très content de ce qu’il réalise. »

                        La dimension continentale est ici importante. Car si ses deux illustres prédécesseurs - ivoirien et camerounais - ont fait de fiers ambassadeurs du football africain en Europe, Salah a été entièrement formé dans son pays – à l’Arab Contractors – et évolué deux saisons dans le championnat égyptien. Le périple local du Scouser aurait pu durer plus longtemps si l’équipe qui l’a révélé, n’avait pas bloqué l’option d’un transfert chez les pharaoniques Al-Ahly et Zamalek jugés trop forts pour mériter un tel renfort. Tout ceci peut entraîner de nouvelles vocations et surtout enlever de l’esprit des ados africains l’idée que la réussite passe par un départ prématuré pour l’Europe. Yapi-Yapo en est convaincu :

                        C’est un point positif pour l’Afrique. La réussite de Salah prouve qu’avec les moyens du bord dont on dispose en Afrique, quelques ballons et des équipements médiocres, on peut former d’excellents joueurs. Ça envoie un message aux jeunes. On peut être formé en Afrique, y commencer sa carrière et ensuite réussir en Europe. Pas partir tout de suite et se perdre. C’était vrai pour les frères Touré, pour Gervinho, pour moi et aujourd’hui Mohamed. »

                        Un prix Nobel pour Salah

                        Reste enfin la portée symbolique, presque politique d’un parcours à la Salah, surtout si celui-ci venait à être ponctué par un Ballon d’Or. Car George Weah n’est pas le seul et dernier Africain lauréat de la plus grande distinction individuelle - « l’équivalent du prix Nobel du football, donc forcément un immense gage de fierté pour un joueur et un peuple » selon Yapi-Yapo – c’est aussi le seul et dernier à en avoir squatté le podium. Depuis, plus rien.

                        Depuis 95, l'Afrique est absente du podium du Ballon d'Or
                        Depuis 95, l'Afrique est absente du podium du Ballon d'Or - Wikipedia

                        « Il y a un sentiment d’inégalité, parfois peut-être de racisme vis-à-vis du football africain qui fait que, si un Africain le gagne un jour, ça sera forcément une fierté pour tout le monde », conclut l’ancien Nantais. On n’en est pas encore là. Il reste au leader du Soulier d’or une Coupe du monde et une demie de Ligue des champions à disputer. Mais méfiance, tout va toujours très vite avec Mohamed Salah. 34 km/h, c’est pas rien.

                        Quand Beyoncé chute à Coachella 2017 (vidéo)
                        • 2018-04-24 13:12
                        • Quand Beyoncé chute à Coachella 2017 (vidéo)

                          Ecrit par

                          Coachella 2018 n'était pas qu'un simple festival, c'était carrément le Beychella - du moins, sur les réseaux sociaux. Mais lors du deuxième week-end, Beyoncé a frôlé la catastrophe. 

                          Personne n'est à l'abris d'une chute - pas même Beyoncé. La star était la tête d'affiche du festival Coachella et lors du second week-end, une chute a bien failli ruiner sa performance - quoique, les performances de Queen B peuvent-elles vraiment être ruinées ? La première fois, Beyoncé avait invité les Destiny's Child (ce qui, clairement, a fait son effet). Mais sa soeur Solange était aussi de la partie. Pour la deuxième vague, Beyoncé a pris les mêmes et a recommencé... à quelques petits détails près. Quand est venue la fin de leur performance, les deux soeurs ont voulu marquer le coup... sauf qu'elles ont failli chuter. 

                          Heureusement, plus de peur que de mal ! Beyoncé et Solange se sont rattrapées - comme les véritables pros qu'elles sont. Aucune blessure à signaler et, petit bonus, un concert que les fans n'oublieront pas (en témoigne Twitter). Beyoncé sera de retour sur scène cet été pour son On The Run Tour II et quelques chose nous dit que ces show seront aussi spectaculaires que ses concerts à Coachella. 

                          Des France-Brésil légendaires, Bob Marley et «sac à merde»... C'était Henri Michel
                          • 2018-04-24 12:54
                          • Des France-Brésil légendaires, Bob Marley et «sac à merde»... C'était Henri Michel

                            Henri Michel avec Luis
                            Henri Michel avec Luis — STAFF / AFP
                            • Henri Emile est décédé à l'âge de 70 ans.
                            • Ancien sélectionneur des Bleus, légende de Nantes, on vous raconte la carrière hors-norme d'un homme important du foot français.

                            Henri Michel n’est plus. L’ancien sélectionneur de l’équipe de France et légende du FC Nantes a été vaincu par la maladie à 70 ans. Retour sur une carrière qui a mené cet amoureux du foot de l’Erdre à l’Afrique, en passant par Los Angeles et des France-Brésil légendaires.

                            Légende du FC Nantes

                            Vendredi soir, lors des 75 ans du club, Henri Michel a été désigné «Légende des Légendes du club». Malade, il n’avait pas pu assister à l’événement. Cette désignation montre à quel point ce milieu de terrain très élégant laissera une trace indélébile au FCN, où il a joué de 1966 à 1982. «Mickey», comme il était surnommé, détient le record du nombre de matches disputés sous le maillot du FCN (532) entre 1966 et 1982. Club avec lequel il remporta trois titres de champion de France (1973, 1977 et 1980) et la coupe de France (1979). « C'était un joueur exceptionnel, confie Gilles Rampillon, qui a évolué de 1970 à 1982 à ses côtés au milieu du terrain à Nantes. Il était très technique et avait une frappe de balle incroyable.»

                            Yannick Bigaud, speaker pendant 40 ans, n’a pas oublié « cet artiste » du ballon rond. «Un type d’une élégance, d’une beauté à voir. Avec Jean-Marc Guillou, c’était le seul joueur capable de remonter le terrain balle au pied sans la regarder. Des contrôles fabuleux. On a eu des très grands joueurs à Nantes, mais lui, c’était fou. Il aurait dû faire une carrière plus importante encore. Un type super.» Au futur musée du club, Henri Michel aura évidemment une place à part. «Il est partout dans ma tête, dans mon bureau, explique Philippe Laurent, responsable du futur musée. Il a été désigné "Légende des Légendes du FCN", ça prouve le phénomène que c’était. La semaine dernière, je l’avais contacté pour savoir s’il était d’accord que j’entreprenne un projet spécial le concernant, il avait donné son accord… » Juste avant de partir.

                            Le serrage de pince avec Bob Marley

                            C'est l'histoire d'une photo qui est entrée, elle aussi, dans la légende. Nous sommes à l'été 1980, le FC Nantes d'Henri Emile est en reprise d'entraînement après son titre de champion de France et Bob Marley, lui, en tournée dans la région. Grand fan de foot, il sollicite le FC Nantes pour faire un petit 5 contre 5 avec ses potes. Le club accepte et envoie Emile, Rampillon et quelques autres au feu. S'en suit un «pur moment de bonheur, racontait Rampillon à So Foot. J'ai même gardé une photo de moi avec le Maître. Le fait que Bob Marley ait sollicité cette rencontre prouvait qu'ils en avaient envie… et les moyens ! C'était un petit match après l'entraînement, un petit cinq contre cinq. On avait joué avec des petits buts et c'était très agréable. Bob Marley et son groupe étaient réellement passionnés de football. » De tout ça nous reste donc la photo, mythique, d'un serrage de pince pour l'histoire. 

                            Le titre olympique de 84

                            Cela fait longtemps que les Espoirs français se consument de ridicule, incapables de se qualifier pour la seule compétition de leur catégorie d’âge qui compte. M es Bleus ont pourtant connu une belle histoire olympique grâce à Henri Michel. C’était l’été 84, celui de tous les bonheurs pour le foot français. Victoire à l’Euro à la maison avec Platini et consorts, puis conquête de l’Ouest à Los Angeles. Avec une équipe oubliée depuis (4 joueurs seulement participeront à la Coupe du monde 86), Michel donnera une médaille d’or inespérée à la délégation tricolore…face au Brésil, qui s’habituait tout juste à devenir la victime favorite des Bleus.

                            Enfin, plutôt l’International Porto Alegre, qui représentait 90% de l’effectif brésilien. Peu importe, c’était bien le Brésil, les images sont là pour le prouver. Et les 100 000 spectateurs du stade de Pasadena aussi.

                            Le premier France-Brésil légendaire de 86

                            Le plus match de l’histoire de l’équipe de France pour tous ceux qui ont l’âge de l’avoir vécu. Quart de finale à Guadalajara, Mexique, 21 juin, à midi pour plaire aux télés européennes. Un cagnard du diable, des artistes partout sur la pelouse, et un coup tactique magique d’Henri Michel. Le sélectionneur des Bleus voit son équipe à la rammasse après le premier but de Careca. Il décide alors de changer ses plans en replaçant Luis Fernandez au milieu de terrain, alors que le Parisien n’en touchait pas une en arrière-droit. La décision la plus importante d’un sélectionneur tricolore ? Sans ça, on n’aurait peut-être jamais eu droit à l’inoubliable « Vas-y Luis, vas-y mon petit Bonhomme » de Thierry Roland avant le tir au but vainqueur de Fernandez.

                            Henri Michel avec Platini et Tigana au Mondial 1986.
                            Henri Michel avec Platini et Tigana au Mondial 1986. - STAFF / AFP

                            « Sac à merde »

                            Dommage pour Raymond Domenech, mais il ne décrochera pas la palme du premier sélectionneur de l’équipe de France à s’être fait violemment basher par l’un de ses joueurs. Bien avant le célèbre « casse-toi sale fils de pute » de Nicolas Anelka au Mondial 2010, c’est Henri Michel qui s’était fait salement triturer par un autre poète : Eric Cantona. Le 15 juin 1988, quand il voit qu’il ne fait pas partie de la liste de l’équipe de France pour aller défier la Tchéquoslovaquie, Canto sort la machette.

                            « Je lisais un truc de Mickey Rourke puisque c’est un gars que j’adore, qui disait que celui qui s’occupait des Oscars à Holywood était un sac à merde », commence le marseillais avant de prendre un grande inspiration et tacle à la gorge: « Je pense qu’Henri Michel n’en est pas loin. » La bombe est lâchée, elle va coûter cher à la plus grande bouche du foot français. Car si Henri Michel avait choisi de penser que Canto avait « parlé sous le coup de la colère », la Fédé’, sur décision de son président Fournet Fayard, décide quant à elle d’exclure l’attaquant jusqu’au 30 juin 1989. "Il m'a pratiquement traité de sac à merde", dira Michel quelque temps après. Oui, pratiquement. 

                            Sorcier blanc

                            Dans la foulée de Claude Le Roy, Henri Emile est devenu après son passage raté au PSG en tant qu’entraîneur ce qu’on appelle un « sorcier blanc », c'est-à-dire un entraîneur européen à la tête d’une sélection africaine. Le Cameroun, le Maroc, la Tunisie, Côte d’Ivoire, re le Maroc, la Guinée équatoriale et le Kenya, tout ça entre 1994 et 2012, Henri Michel a vu du pays, avec comme palmarès un titre de vice-champion d’Afrique 2006 avec les Eléphants ivoiriens.

                            La carrière d'entraîneur d'Henri Emile
                            La carrière d'entraîneur d'Henri Emile - Capture d'écran

                            Ajoutez à ça ses passages dans des clubs grecs, sud-africains, égyptiens, saoudiens… Bref, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France a apporté sa science aux quatre coins du monde. « Il y a des tas de choses attirantes, des cultures aux civilisations, en passant par les langues, un football totalement différent que l'on soit au Maghreb, en Afrique du Sud ou centrale, déclarait-il à Ouest-France en 2013. J'ai un vrai coup de cœur pour ces gens-là. Quand on y a goûté, c'est difficile de s'en passer, malgré toutes les contraintes et les défauts qu'il peut y avoir. »

                            Que peut-il se passer dans «Avengers: Infinity War»? On a relu les comics, on vous dit tout
                            • 2018-04-24 12:50
                            • Que peut-il se passer dans «Avengers: Infinity War»? On a relu les comics, on vous dit tout

                              Extrait de la bande-annonce de «Avengers: Infinity War», en salle le 25 avril 2018
                              Extrait de la bande-annonce de «Avengers: Infinity War», en salle le 25 avril 2018 — Marvel Studios

                              Avengers 3 : Infinity War  sort dans moins d’un jour, mercredi, et il s’agit de l’événement cinéma de l’année, le film de super-héros de tous les super-héros, l’apothéose du Marvel Cinematic Universe, un double blockbuster à 400 millions de dollars… et pourtant un film encore très mystérieux. Malgré sa promotion rouleau compresseur et ses nombreux teasers et trailers, Avengers : Infinity War préserve son intrigue au maximum. D’autant plus qu’il sera suivi l’année prochaine d’un Avengers 4, au titre volontairement gardé secret.

                              Alors, si, on sait que le grand méchant Thanos, teasé depuis le premier Avengers en 2012, débarque enfin sur Terre pour compléter sa collection de Pierres d’infinité, qui lui donneraient tous les pouvoirs. Il sera aidé dans sa quête par l’Ordre noir. Voilà, c’est tout. Mais comme pour les précédentes productions Marvel, les scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely se sont inspirés de comics existants, et ici deux séries précises : The Infinity Gauntlet et sa suite The Infinity War écrites par Jim Starlin et publiées en 1991-1992 d’un côté, et Infinity de Jonathan Hickman de l’autre. 20 Minutes les a relus et vous dit tout ce qu'il pourrait potentiellement se passer dans le film.

                              - ATTENTION AUX SPOILERS - ATTENTION AUX SPOILERS -

                              Vers l’infini et au-delà

                              Dans The Infinity Gauntlet, Thanos a réuni les six Pierres d’infinité sur son Gant, lui octroyant autant de pouvoirs qu’un Dieu. Il est prêt à tout pour plaire à la Mort, entité cosmique et personnification de la mort. Même à tuer la moitié de l’humanité. Adam Warlock mène la résistance avec les derniers super-héros vivants, et réussit à récupérer le Gant de l’Infini pour ressusciter tout le monde. The Inifinity War explore comment l’utilisation la plus objective et morale possible du Gant de l’Infini a fini par créer un double maléfique d’Adam Walock, le Mage.

                              L’arc Infinity envoie, lui, les Avengers dans l’espace lutter contre les Builders, la plus ancienne race de l’univers, et Thanos en profite pour attaquer la Terre. Adam Warlock, le Mage, les Builders… tous ces personnages n’existent pas dans le MCU actuel, si ce n’est un clin d’œil à Adam Warlock à la fin des Gardiens de la galaxie 2. Mais son réalisateur James Gunn a assuré qu’Adam ne sera pas dans Avengers : Infinity War.

                              Les Pierres d’infinité

                              Il devient clair que les auteurs se sont librement inspirés de ses comics, comme pour Captain America : Civil War, et se focaliseront sur Thanos et les six Pierres d’infinité. Enfin cinq pour l'instant, car la dernière, la Pierre de l’âme, est toujours introuvable et pourrait être le MacGuffin  du film. Certaines théories la placent au Wakanda de Black Panther, voire qu’elle serait Iron Man lui-même, car comme le dit Howard Stark à son fils Tony, dans Iron Man 2 : « Tu es et resteras ma plus grande création. » L’homme de fer serait-il en danger ?

                              La mort de Captain America

                              « Tout le monde est en danger », martèle les réalisateurs et frères Russo. C’est vrai que pour l’instant, les super-héros Marvel mourraient pour mieux ressusciter. Mais comme Infinity War marque la fin d’un cycle, plusieurs personnages pourraient passer l’arme à gauche. Pour de bon. Il n’est pas à écarter que des seconds rôles comme Loki (Tom Hiddleston), Hawkeye (Jeremy Renner) ou Vision (Paul Bettany) servent d’exemples, et de victimes, de la puissance de Thanos. Mais aussi qu’un super-héros star comme Captain America ou Iron Man se sacrifie à la fin du film.

                              Le choix le plus logique reste Captain America, à la fois parce que son interprète Chris Evans a déjà annoncé qu’il raccrocherait son bouclier après Avengers 4, alors que Robert Downey Jr. n’est « que » Tony Stark depuis dix ans, mais aussi parce que le leader des Avengers devrait déjà être mort. En effet, Capitain America est tué à la fin de Civil War… le comics. Le film l’épargnait, pour mieux créer la surprise dans Infinity War ? Si les films rejoignent les comics, Bucky Barnes (Sebastien Stan) devrait reprendre le costume étoilé.

                              Le titre d’Avengers 4

                              Le mystère de tous les mystères. Pourquoi Marvel n’a toujours pas annoncé le titre officiel d’Avengers 4. A l’origine, les deux films étaient Infinity War - Part 1 & 2. Puis le deuxième film a perdu son titre, car il pourrait s’agir d’un spoiler. Si Avengers 4 devient un simple Avengers : Infinity Gauntlet, on pourrait comprendre la déception des fans. En revanche, l’une des rumeurs penche pour Secret Invasion, du nom de l’événement comics Marvel de 2008.

                              Le lecteur y découvrait que la race extraterrestre des Skrulls avait secrètement envahi la Terre et même remplacé plusieurs super-héros par des imposteurs. Or, des photos du tournage d’Avengers 4 ont fuité et révèlent que le film revisitera des scènes des précédents films. De même, les Skrulls seront au coeur de l’intrigue de Captain Marvel, qui sort le 6 mars 2019… soit un mois avant Avengers 4.

                              Blink-182 est de retour en studio !
                              • 2018-04-24 12:05
                              • Blink-182 est de retour en studio !

                                Ecrit par

                                Bonne nouvelle pour les fans, Blink 182 serait de retour en studio ! 

                                Décidément, Blink 182 est sur tous les fronts. Après la sortie de l'album California (en 2016), le trio s'est lancé dans une tournée (ils sont même passés par la France lors du Download Festival 2017). Récemment, on a même appris leur résidence à Las Vegas - comme Gwen Stefani, d'ailleurs ! Mais la bonnne nouvelle pour les fans qui se languiraient d'un nouvel opus, c'est que Blink serait déjà de retour en studio. Patience, des titres inédits arrivent ! 

                                Mark Hoppus et Travis Baker ont posté des photos sur les réseaux sociaux (Snapchat) avec, en guise de caption, “New Blink-182 songs day one” (à traduire par "Nouvelles chansons de Blink 182, jour un". Evidemment, on ne peut pas encore penser à une éventuelle date de sortie pour le prochain album, celui qui succèdera à California. Mais c'est déjà une bonne nouvelle !